Social proof (ou la preuve sociale en français)

Principe marketing ou psychologique selon lequel une personne, ne sachant pas quel comportement adopter, aura tendance à imiter celui de la personne qui la précède. Le plus souvent, c’est le cas des clients potentiels qui se comportent comme les autres clients. Les personnes s’influencent entre elles. Le client potentiel a tendance à acheter les mêmes produits que les clients précédents ou à avoir les mêmes réactions qu’eux, qu’ils soient bons ou mauvais, concernant certains produits. L’exemple des avis postés par les clients d’un restaurant, que ce soit sur la page Google de l’établissement ou sur un site de critique, est le plus marquant. En effet, les clients postent leurs avis, favorables ou non, et les clients potentiels les utilisent pour se faire un avis dessus et décider d’y aller ou non. Toutefois, il se peut que le jeu soit faussé, que le gérant d’un restaurant décide de poster des faux avis afin de ternir l’image de l’établissement concurrent ou pour redorer le sien. Dans ce cas, nous sommes face à un cas de concurrence déloyale.

La concurrence déloyale, c’est l’ensemble des actions mises en œuvre par une entreprise pour nuire à une autre ou plusieurs autres qui sont dans le même marché qu’elle.

Cour d’appel de d’Aix-en-PROVENCE – ch. 01 C, 22 février 2018 / n° 2018/132 :

En l’espèce, un ostéopathe assigne devant le juge des référés du TGI de Toulon un de ses anciens clients. Ce dernier aurait formulé un avis diffamatoire à l’encontre du praticien, sur le service d’avis de consommateurs de Google. Finalement, le juge a ordonné la suppression de l’avis. L’un des motifs est que tout avis qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation.

TGI de Paris, ordonnance de référé du 29 juin 2018 :

En l’espèce, un chirurgien esthétique disposant d’une fiche sur un moteur de recherche délivre une assignation le 21 oct. 2016 auprès du moteur de recherche. Le but est d’avoir les identifications de huit titulaires de compte qui avaient posté des avis diffamatoires ou faux. Suite à cela, six avis ont été supprimés et deux autres ont été ajoutés par des nouveaux auteurs. Alors, le praticien délivre une nouvelle assignation afin de voir ces avis supprimés. Finalement, le praticien a été débouté par la Cour.

Cour d’appel de Paris – Pôle 01 ch. 08, 22 mars 2019 / n° 18/17204 :

En l’espèce, suite à l’ordonnance de référé du 29 juin 2018, le praticien débouté fait appel. Toutefois, la Cour affirme que les commentaires, bien que négatif, ne constituent pas : « un trouble manifestement illicite ».

Cour d’appel de Paris – Pôle 05 ch. 04, 6 janvier 2021 / n° 20/08857 :

En l’espèce, une société reproche à la société TripAdvisor de détourner sa clientèle en organisant une discussion dans laquelle les avis négatifs, envers la société requérante, sont mis en avant. Courant 2017, la société requérante a écrit à plusieurs reprises à la société TripAdvisor, afin qu’elle supprime les commentaires litigieux. Malheureusement, cela lui a été refusé. Toutefois, la Cour confirme le jugement de fond qui condamne les sociétés Tripadvisor LLC et Tripadvisor France aux dépens d’appel et à payer à la société requérante la somme de 7 000 euros au titre de l’article 700 du code de procédure civile en appel.

social proof

social proof

Revenir au Lexique Juridique